La périostite est une inflammation à caractère dégénératif affectant le périoste.
La survenue de cette pathologie provient directement d'une trop grande tension des insertions musculaires et aponévrotiques fixées au périoste. Elle peut aussi être la relation de cause à effet d'un grand nombre de choc répétés, entre autres lors de la pratique de certain sports fractionnés, tel que l'athlétisme ou la danse classique ou l'escalade.
La douleur ayant en général pour siège les faces internes tibiales et fémorales, la palpation révèle un ou plusieurs nodules, caractérisés par une douleur sourde et insistante. Très souvent, ces douleurs hyper-localisées apparaissent après l'effort, lors de la phase de repos.
Bien que soit conseillé l'arrêt de l'activité sportive et le port de béquilles dans le but de reformer le tissu osseux, il peut parfois être indispensable de pratiquer une opération chirurgicale de nettoyage osseux.
Symptômes
Elle est fréquente chez plusieurs sportifs et se manifeste plus souvent qu'autrement par une douleur à la face interne de la jambe.
La périostite est ressentie comme une douleur ou brûlure au niveau du tibia lors d'activité physique et le plus souvent chez les adeptes de la course à pied. La palpation est douloureuse. Le périoste est un tissu qui recouvre la surface de l’os, il est riche en nerfs et vaisseaux et se confond avec les insertions des muscles sur l’os.
Bien que la cause serait moins bien connue, les principaux mécanismes responsables de cette blessure sont :
Vibrations causées par des courses sur sol dur, l’utilisation de chaussures inadaptées ou trop usées.
Des tractions excessives sur les zones d’insertion des muscles sur le périoste.
Des traumatismes répétés directement sur le périoste (chaussures de ski, patins…).
Il ne faut jamais négliger une périostite car sa complication directe est la fracture de fatigue.
Il est indispensable de prendre du repos et de consulter avant de se remettre à l'effort physique soutenu. La glace, appliquée sur la région endolorie, 2 fois par jour peut être efficace sur la douleur. Des personnes compétentes comme des médecins ou les physiothérapeutes donnent des exercices, traitements ou calmants pour aider la personne à mieux récupérer. C'est pourquoi la consultation est de mise
Référence: Wikipédia L'encyclopédie libre
Par Blaise Dubois BSc pht. blaise_logo
science_title1

Souplesse
Pour certains coureurs particuliers, la souplesse reste un bon moyen de diminuer l’incidence des blessures. Après avoir été évalué par un professionnel qualifié, il est possible de normaliser ses rétractions musculaires par un programme personnalisé. Le coureur pourra alors pratiquer des assouplissements statiques, lents et progressifs, à froid, le soir, quotidiennement, en maintenant la position 30 secondes, 1 à 5 répétitions par groupe musculaire rétracté.

Récupération post-entraînement
Pour certains coureurs, le massage aide à récupérer des entraînements difficiles, tandis que d’autres préfèrent les bains de glace (immersion jusqu’aux fesses dans un bain à 5°C et moins, 4 à 12 minutes). Tous, par contre, devraient faire un retour au calme progressif et bien s’alimenter, rapidement après l’entraînement.

Pieds nus
Courir pieds nus sur des surfaces sécuritaires après les entraînements (attention : être progressif) et marcher pieds nus le plus souvent possible dans la maison sont des bons moyens de solidifier les structures de soutien (muscles du pied) responsables de l’absorption naturelle des chocs… et ainsi prévenir bon nombre de blessures.

Souplesse
La souplesse statique avant l’entraînement ne devrait se pratiquer que si la raideur musculaire influence suffisamment la biomécanique pour créer une blessure. Il n’est pas recommandé, de façon générale, de s’assouplir avant une activité.

Pieds plats et blessures
Il n’y a généralement pas de lien entre l’anthropométrie (pieds plats ou creux, jambe plus courte, genoux « croches », etc) et les blessures, dans la mesure où le coureur y est adapté. Gare aux interventions qui tentent de les corriger!

archives_btn
  science_title2

La chaussure de course
La littérature scientifique nous immerge de nouvelles informations, parfois intéressantes mais souvent contradictoires! Par exemple, Wegener publiait récemment (2008) un article sur les qualités absorbantes des chaussures et leur rôle dans la diminution de la pression plantaire et le confort qui lui est associé. Mais qu'en est-il de la réduction des blessures? Le pied trop confortable et constamment protégé ne perdra-t-il pas ses propres mécanismes de défense, comme la solidification de ses structures anatomiques et l'adaptation de ses mécanismes neurophysiologiques de protection (comportements de modération d'impact)? À l'heure des données probantes, qui ne supportent aucune intervention particulière (Richards, 2008), comment orienter adéquatement notre patient dans le choix d'une chaussure appropriée? Des réponses dans le cours post-gradué « nouveautés dans la prévention des blessures en course à pied »!

archives_btn
science_title3
Niveau d'évidence / Traitements couramment prodigués en physiothérapie (quadrant inférieur)

pdf_btn
 
2008 Physical Activity Guidelines for Americans (for patients)

150 minutes a week of vigorous intensity activity (ex : 5 x 30 min jogging) have extensive health benefits! This document is based on the report submitted by the Physical Activity Guidelines Advisory Committee, a group comprising 13 leading experts in the field of exercise science and public health. The committee conducted an extensive review of the scientific data relating physical activity to health. We know that sedentary behavior contributes to a host of chronic diseases, and regular physical activity is an important component of an overall healthy lifestyle. There is strong evidence that physically active people have better health-related physical fitness and are at lower risk of developing many disabling medical conditions than inactive people.

pdf_btn
 
2008 Physical Activity Guidelines for Americans (for health professionals)

150 minutes a week of vigorous intensity activity (ex : 5 x 30 min jogging) have extensive health benefits! This document is based on the report submitted by the Physical Activity Guidelines Advisory Committee, a group comprising 13 leading experts in the field of exercise science and public health. The committee conducted an extensive review of the scientific data relating physical activity to health. We know that sedentary behavior contributes to a host of chronic diseases, and regular physical activity is an important component of an overall healthy lifestyle. There is strong evidence that physically active people have better health-related physical fitness and are at lower risk of developing many disabling medical conditions than inactive people.

pdf_btn